« Pas question de stagner. »

Les formations en assurance qualité de ZEISS assurent les processus de mesure à la ZF Friedrichshafen

La production de petites séries et de prototypes au sein de ZF Friedrichshafen AG fait surgir de nouveaux défis en matière de contrôle de la qualité ; il faut créer chaque jour, inlassablement, des programmes de mesure destinés à de nouveaux éléments. Ces défis, Mehmet Akol, métrologiste chez ZF, les relève avec une curiosité tenace, en s’aidant des formations dispensées par ZEISS.

Comment ZF Friedrichshafen réussit grâce aux solutions Zeiss :
ZEISS PRISMO
Formation AUKOM COFFMET
Formation logicielle ZEISS
Réussite :
  • Formation continue des employés à la métrologie
  • Amélioration de la communication et du travail d'équipe avec la production
  • Normalisation des contrôles de qualité.

Qu’il s’agisse de pièces de car, de train ou de bateau, le département de production de petites séries et de prototypes de ZF Friedrichshafen AG fabrique une large gamme de produits technologiques en matière de transmission et de châssis. Quelles sont leurs particularités ? Les lots comprennent entre une et cinquante unités et les éléments sont soumis à de grandes exigences. Les prototypes doivent être rapidement opérationnels et les pièces fonctionnelles doivent être envoyées au client sur-le-champ. Le contrôle de la qualité est donc essentiel dans ce domaine professionnel. Uwe Ersing est directeur du contrôle de la qualité pour la production de petites séries et de prototypes à la division de technologie de transmission pour véhicules utilitaires et spéciaux. « Les programmes de mesure sont compilés de façon centralisée pour la production de séries, affirme-t-il. Mon équipe doit compiler en permanence de nouveaux programmes de mesure et les éléments doivent répondre à des exigences différentes. Par exemple, les réducteurs destinés à la technologie maritime sont soumis aux règles des sociétés de classification. Il en résulte des spécifications strictes quant au relevé des mesures.» En tout, ce sont trente-deux employés, dont treize métrologistes, qui sont responsables du contrôle de la qualité. L’un d’eux est Mehmet Akol. Cela fait sept ans qu’il travaille dans le domaine de la métrologie ; il est motivé par des exigences en constante évolution.

Dans les petites séries et la production de prototypes, de nouveaux composants doivent être mesurés chaque jour.
Dans les petites séries et la production de prototypes, de nouveaux composants doivent être mesurés chaque jour.
Cela fait sept ans que Mehmet Akol travaille chez ZF, à Friedrichshafen. La soif de connaissance de notre métrologiste semble sans limite.
Cela fait sept ans que Mehmet Akol travaille chez ZF, à Friedrichshafen. La soif de connaissance de notre métrologiste semble sans limite.

Animé par la soif de connaissance

Akol est entré chez ZF Friedrichshafen AG il y a dix ans, travaillant tout d’abord à la production de réducteurs. Il était confronté quotidiennement aux résultats de mesures d’inspection de la qualité. Si ces résultats étaient contradictoires avec ceux obtenus par son centre de traitement, Akol ne se satisfaisait pas d’explications simplistes : « J’ai toujours voulu savoir d’où provenaient les résultats des mesures et pourquoi on obtenait ce type de résultats. Comme je posais sans arrêt ces questions, cela m’a valu d’attirer une grande attention à mes inspections de la qualité. » Il s’est ensuivi, trois ans plus tard, le passage d’Akol à la métrologie ; ici non plus, ses résultats de mesure ne le satisfont pas : « N’importe qui peut présenter un résultat, mais il faut comprendre d’où il vient et comment l’évaluer convenablement. Ce n’est qu’alors qu’il peut être exploitable pour l’employé. » Il ne cessait de remettre en question processus et résultats et voulait connaître leurs origines. Sa curiosité le conduisit à participer à son premier séminaire AUKOM chez ZEISS, en 2014, puis il embraya sur les niveaux 2 et 3 d’AUKOM ainsi que le module « Forme et position ». Il assista encore à des séminaires portant sur CALYPSO, GEAR PRO ainsi que la programmation hors ligne. Il fut même formé à un sujet précis : l’analyse de Fourier.

Nous ne devons jamais rester immobiles. Les exigences imposées à notre industrie évoluent beaucoup trop rapidement".

Uwe Ersing, responsable du contrôle de la qualité

Programme cohérent de formation continue à la métrologie tridimensionnelle

En dépit du nombre des séminaires auxquels il a assisté et de son dossier rempli de certificats, Akol est loin d’en avoir terminé. La soif de connaissances d’un métrologiste semble insatiable : « Les normes et les spécifications de dessin évoluent ; les logiciels se perfectionnent. Sans cesse, je repère de nouveaux composants et je me demande s’ils ont été parfaitement programmés. » Ersing, entré chez ZF voici trente-huit ans, a remarqué chez les jeunes employés un désir de poursuivre leur formation et leur perfectionnement – ce en quoi il les soutient pleinement. « Pas question de stagner. Les demandes envers notre secteur évoluent bien trop vite, » déclare-t-il. Pour cette raison, la formation complémentaire tient un rôle important chez ZF pour l’assurance de la qualité. Tout nouveau métrologiste travaillant avec des machines de mesure tridimensionnelle consacre les six premiers mois à des mesures de perfectionnement interne, avant de passer par les séminaires 1 et 2 d’AUKOM. Afin de gagner en efficacité et de rassembler des métrologistes issus de divers sites et diverses régions, ZF organisme désormais sur place ces séances de formation. Deux fois l’an, les séminaires AUKOM de niveau 1 et 2 ont lieu à Friedrichshafen, sous la direction d’un instructeur de ZEISS.

Avantages : standardisation et communication

Ersing observe un grand avantage à ce type de perfectionnement, à savoir la standardisation des inspections de qualité : « Il est important que nos programmes de mesure aient une même structuration. Faute d’une formation aussi cohérente, dix métrologistes mesurant le même élément pourraient nous fournir chacun des résultats de mesure différents. » Les séminaires profitent également à l’assurance de la qualité dans la production de petites séries : ils ont entraîné une nette amélioration de la communication et du travail d’équipe en production. Si les résultats de mesure sont remis en questions en production, les métrologistes sont bien plus à même de les expliquer à leurs collègues et de les justifier. Cela a aussi renforcé le travail d’équipe entre les deux départements. De plus, cela implique que les métrologistes prennent à présent part plus souvent à la résolution de problèmes pour vérifier quelles peuvent être les sources d’erreur potentielles. « Les composants et les dessins deviennent de plus en plus complexes. Un métrologiste estimant un résultat de mesure insatisfaisant commencera par examiner de plus près non l’élément, mais le résultat. C’est ce qui m’est arrivé et c’est pourquoi il est essentiel d’entretenir une bonne communication. Je travaille avec mes collègues du centre de traitement pour trouver la solution optimale, » explique Akol.

En attente de mesure : des rotors destinés au ralentisseur conçu par ZF
En attente de mesure : des rotors destinés au ralentisseur conçu par ZF
Le département de production de petites séries et de prototypes fabrique une large gamme de produits technologiques en matière de transmission et de châssis.
Le département de production de petites séries et de prototypes fabrique une large gamme de produits technologiques en matière de transmission et de châssis.

De nouveaux défis chaque jour

C’est justement ce qu’il aime dans son travail : « J’ai besoin des défis quotidiens posés par mon travail à l’assurance de la qualité pour la production de petites séries. Compiler un programme de mesure pour un nouveau composant est toujours excitant. Il est important de prendre en compte les particularités de l’élément, de le placer et de le fixer correctement sur l’appareil de mesure ainsi que de définir les différents paramètres tels que la vitesse de mesure. En règle générale, cela doit également se faire sous des délais relativement courts, ce qui limite le temps dont nous disposons pour accomplir la mesure et requiert un processus optimisé pour le programme de mesure. Là encore, plus la tâche est complexe, plus elle est palpitante ! »
Poser des questions, relever de nouveaux défis et acquérir de nouvelles connaissances : tout cela fait partie du travail d’Akol et lui a permis, à lui ainsi qu’à l’équipe du contrôle de la qualité de ZF, d’accomplir des progrès considérables. Pour Akol, cesser de progresser signifierait se laisser distancer.
 

À propos de ZF Friedrichshafen

ZF est un leader mondial en matière de technologie de transmission et de châssis ainsi que de technologie de sécurité active et passive. L'entreprise emploie 146 000 personnes dans le monde entier et dispose d'environ 230 sites dans une quarantaine de pays. En 2017, ZF a réalisé un chiffre d'affaires de 36,4 milliards d'euros et, à ce titre, est l'un des plus grands équipementiers automobiles au monde.