Back To Top

La tradition Nobel continue

Prix Nobel – Pour les esprits nobles, la tradition Nobel continue

Lauréats du prix Nobel

Robert Koch, prix Nobel de médecine, 1905

Koch est considéré comme le fondateur de la bactériologie moderne. Dans les années 1880, le médecin de campagne a découvert le bacille à l'origine de la tuberculose et du choléra. Dans une lettre adressée à Carl Zeiss il a écrit "Je dois une grande partie de mon succès à vos excellents microscopes". En 1904, il a reçu en cadeau le 10 000ème objectif ZEISS, un système d'immersion homogène.

Santiago Ramón y Cajal et Camillo Golgi, prix Nobel de physiologie ou médecine, 1906

Santiago Ramón y Cajal était un neuroscientifique et histologiste espagnol. Il s'est vu décerné le prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1906 avec le médecin et savant italien Camillo Golgi pour leurs études sur la structure du système nerveux. Cajal a utilisé des appareils plutôt avancées pour son temps, notamment un microscope ZEISS.

Allvar Gullstrand, prix Nobel de physiologie ou médecine, 1911

L'ophtalmologiste suédois Allvar Gullstrand est considéré comme l'un des fondateurs de l'ophtalmologie moderne. En 1911, il a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine pour son travail, avec Moritz von Rohr, sur un appareil de correction dioptrique de l'œil avec lequel ils ont corrigé les erreurs de réfraction de l'œil à travers la lentille sur une base scientifique .

Richard Zsigmondy, prix Nobel de chimie, 1925

En tant que professeur à Göttingen, Zsigmondy a mené des recherches avant-gardistes dans la chimie des colloïdes. Il a inventé l'ultramicroscope en 1903 et deux types de filtres à membrane en 1918 et 1922. Après Siedentopf et Zsigmondy, l'ultramicroscopie a rendu visibles des particules submicroscopiques dont la taille est en-deçà des limites de résolution du microscope.

Frits Zernike, prix Nobel de physique, 1953

Le physicien néerlandais, lors d'expériences menées avec des réseaux de réflexion en 1930, a découvert qu'il pouvait observer la position de phase de chaque rayon et a cherché à utiliser cet effet pour la microscopie. En collaboration avec ZEISS, il a développé le premier microscope à contraste de phase dont le prototype a été réalisé en 1936. Il a permis à d'examiner des cellules vivantes sans coloration chimique nuisible.

Manfred Eigen, prix Nobel de chimie, 1967

Le biologiste moléculaire et directeur de l'Institut Max Planck de Göttingen a développé une méthode permettant de garder la trace des procédés chimiques et biochimiques extrêmement rapides. Dans un effort conjoint, Eigen, son collègue suédois Rudolf Riegler et Carl Zeiss ont réussi en 1993 à créer ConfoCor, le premier spectromètre de corrélation de fluorescence du commerce.

Erwin Neher et Bert Sakmann, prix Nobel de médecine, 1991

Avec le professeur Sakman, il a découvert le mécanisme fondamental de la communication entre les cellules. Leurs études ont inclus des examens électrophysiologiques des canaux ioniques au moyen de la technique de patch-clamp.

Christiane Nüsslein-Volhard, prix Nobel de physiologie ou médecine, 1995

La biologiste allemande Christiane Nüsslein-Volhard a effectué des recherches sur le contrôle génétique du développement embryonnaire avec des microscopes ZEISS. Son travail scientifique était concentré sur la question de savoir comment les organismes complexes de l'homme et des animaux se développent à partir d'un ovule et quels en sont les mécanismes de base.

Günter Blobel, prix Nobel de physiologie ou médecine, 1999

Günter Blobel a permis de mieux comprendre comment les protéines sont transportées et arrivent à leur destination. Ses recherches ont contribué à une meilleure compréhension de plusieurs maladies héréditaires qui sont dues à l'absence de transport des protéines. Günter Blobel travaille à l'Institut médical Howard Hughes avec des microscopes ZEISS, par exemple Axiophot et Axiovert.

 

Ahmed H. Zewail, prix Nobel de chimie, 1999

Le lauréat du Prix de la recherche Carl Zeiss de 1992 travaille dans le domaine de la spectroscopie à la femtoseconde. Il a rendu les réactions chimiques très rapides sur des molécules uniques observables directement avec une grande résolution spatiale et temporelle. Zewail a reçu le prix Nobel de chimie en 1999 pour ses travaux en femtochimie.

Eric A. Cornell, prix Nobel de physique, 2001

Cornell est un physicien américain qui, avec Carl E. Wieman, a réussi à synthétiser le premier condensat Bose-Einstein en 1995. Cornell, Wieman et Wolfgang Ketterle ont ainsi partagé le prix Nobel de physique en 2001. Avant de recevoir le prix Nobel, Cornell s'était vu décerné le Prix de la recherche Carl Zeiss.

Sir Paul M. Nurse, Leland H. Hartwell et Timothy Hunt, prix Nobel de physiologie ou médecine, 2001

Nurse, Hartwell et Hunt ont été récompensés conjointement pour leurs découvertes avant-gardistes fondamentales des composants et processus critiques qui contrôlent le cycle cellulaire – la croissance et la prolifération des cellules.

Sydney Brenner, H. Robert Horvitz et John E. Suiston, prix Nobel de chimie, 2002

Brenner, Horvitz et Sulston ont identifié chez le nématode Caenorhabditis elegans les gènes qui sont responsables de la régulation du développement des organes et de la mort cellulaire programmée (apoptose).

Craig Mello et Andrew Fire, prix Nobel de physiologie ou médecine, 2006

Mello est un biologiste américain et professeur de médecine moléculaire à la Faculté de médecine de l'Université du Massachusetts, à Worcester, Massachusetts. Conjointement avec Fire, il a reçu en 2006 le prix Nobel de physiologie ou médecine pour la découverte de l'interférence ARN. Les chercheurs ont reçu le prix Nobel pour un travail qui a commencé en 1998, lorsqu'ils ont publié un article dans la revue Nature détaillant comment des bribes d'ARN trompent la cellule en détruisant l'ARN messager du gène (ARNm) avant qu'il puisse produire une protéine – désactivant ainsi effectivement des gènes spécifiques. Mello est chercheur à l'Institut médical Howard Hughes depuis 2000.

Harald zur Hausen, prix Nobel de physiologie ou médecine, 2008

Avec une persévérance tenace, le docteur en médecine zur Hausen a travaillé sur sa théorie selon laquelle les virus peuvent causer le cancer – contrairement aux doctrines en vigueur. Il a reçu le prix Nobel de médecine pour avoir pu prouver sa théorie et détruire ainsi un dogme médical. Harald zur Hausen a travaillé avec un microscope électronique à transmission ZEISS.

Osamu Shimomura, Martin Chalfie et Roger Tsien, prix Nobel de chimie, 2008

Osamu Shimomura, professeur émérite au Laboratoire de biologie marine (MBL) de Woods Hole, Massachusetts, a reçu le prix Nobel de chimie en 2008 pour la découverte et le développement de la protéine fluorescente verte (GFP) avec deux scientifiques américains : Martin Chalfie de l'Université de Columbia et Roger Tsien, de l'Université de San Diego, en Californie. Ils ont été récompensés conjointement pour avoir découvert la protéine fluorescente verte (GFP) et pour l'avoir développée en vue d'une utilisation en biologie cellulaire. La fluorescence de la GFP permet d'observer directement la distribution spatiale et temporelle des autres protéines dans les cellules vivantes, les tissus ou les organismes, plantant ainsi les fondations de la microscopie de fluorescence moderne.

Andre Geim et Konstantin Novoselov, prix Nobel de physique, 2010

Sir Andre Geim est un physicien qui travaille à l'Université de Manchester. Le 5 Octobre 2010, Geim s'est vu décerné le prix Nobel de physique 2010 conjointement avec le physicien russe Konstantin Novoselov "pour des expériences révolutionnaires concernant le graphène, un matériau bidimensionnel".

Dan Shechtman, prix Nobel de chimie, 2011

Dan Shechtman, 70 ans, est professeur de science des matériaux à l'Institut israélien de technologie à Haïfa, en Israël. En 2011, il a reçu le prix Nobel de chimie pour "la découverte des quasi-cristaux". Les matériaux quasicristallins pourraient être utilisés dans un grand nombre d'applications, y compris la formation d'un acier durable utilisé pour l'instrumentation de précision et l'isolation non adhésive des fils électriques et des ustensiles de cuisson.

 

Photo : Creative Commons Attr. 2.0 Licence générique / Gladstone Institutes/Chris Goodfellow

Sir John B. Gurdon et Shinya Yamanaka, prix Nobel de physiologie ou médecine, 2012

Sir John B. Gurdon, 79 ans, est un biologiste évolutionniste britannique à l'Institut Gurdon à Cambridge, Royaume-Uni. Shinya Yamanaka, 50 ans, est un médecin et chercheur japonais spécialisé dans les cellules souches qui travaille actuellement à l'Université de Kyoto au Japon et à l'Institut Gladstone à San Francisco, États-Unis.
Ils ont reçu conjointement le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2012 "pour la découverte du fait que les cellules matures peuvent être reprogrammées pour devenir pluripotentes". Les cellules souches pourraient ainsi, dans l'avenir, remplacer des tissus détruits.
Gurdon utilise des microscopes confocaux ZEISS pour ses recherches. Travaillant avec des systèmes de microdissection laser ZEISS, Yamanaka a extrait un matériel génétique exempt de toute contamination. En collaboration avec lui, Carl Zeiss Microscopy a créé des protocoles pour les applications LCM.

Photo : Copyright M. Staley/HHMI, B. Schuller/MPI, K. Lowder/Wikimedia

Eric Betzig, Stefan W. Hell et William E. Moerner, prix Nobel de chimie, 2014

Le travail de précurseur des trois lauréats dans le développement des méthodes de microscopie à superrésolution a amplement contribués à la recherche scientifique révolutionnaire au cours des dix dernières années. Avec ce prix Nobel, le Comité Nobel reconnaît l'importance de la microscopie optique à superrésolution pour les progrès dans la recherche et la science. ZEISS possède la licence exclusive de PALM, développé conjointement par Eric Betzig et Harald Hess, en tant que technique de superrésolution pour la localisation des molécules uniques avec le système de microscope ELYRA PS.1.

Photo : Copyright D. Bishop/UCL & G. Mogen/NTNU

John O'Keefe, May-Britt Moser et Edvard I. Moser, prix Nobel de Physiologie ou de Médecine, 2014

Les découvertes de John O´Keefe, May-Britt Moser et Edvard Moser ont résolu un problème qui a occupé les philosophes et les scientifiques pendant des siècles – comment le cerveau crée-t-il une carte de l'espace qui nous entoure et comment pouvons-nous trouver notre chemin à travers un environnement complexe ? May-Britt et Edvard Moser ont utilisé divers microscopes optiques et stéréoscopiques ZEISS pour leur découverte et leur recherche continue sur les cellules dites « de grille » du système nerveux.

 

Nous utilisons des cookies sur ce site Internet. Les cookies sont de petits fichiers textes enregistrés sur votre ordinateur par des sites Internet. Les cookies sont largement répandus et permettent d'optimiser la présentation des pages Web et de les améliorer. En continuant à naviguer sur ce site, vous déclarez accepter les cookies. plus

OK